Articles marqués avec ‘Parker’

Million dollar nose

Ecrit par Léon-Marc Levy sur . Publié dans Oenologie

robert-parker

Les grands vins, qu’ils soient de Bordeaux, de Bourgogne, de Toscane, de Californie ou de partout dans le monde sont (très) « fashion ». Tant mieux c’est un indicateur de la tendance lourde constatée depuis nombre d’années dans le comportement des Français (en particulier) en matière de boissons alcoolisées : moins et mieux. Tendance largement confirmée par l’INSEE : en 30 ans la consommation moyenne des Français a été divisée presque par 2 (de 21 à 12 litres d’alcool pur par an et par personne).

Il en va ainsi de toute mode, celle-là s’accompagne d’un snobisme qui frise le ridicule quand il n’y sombre pas carrément. Je suppose qu’il est arrivé à nombre d’entre vous de devoir partager une bouteille lors d’un repas avec au moins un de ces cuistres qui sait-tout-sur-les-goûts-du-vin et qui vous a assommés de termes hésitant entre le « scientifique » (polyphénols, acide nitrique, fermentation malolactique, sulfites) et la « poésie » à quatre centimes (pétale de rose, pierre chaude, craie d’écolier, beurre de Bretagne (!!), carton mouillé). Et je passe sur le « sexe du vin » ! Mais oui, j’ai même entendu  parler de vins « féminins ». Pas seulement pendant la « journée de la femme ». Je m’essaie à imaginer ce qu’est un « vin féminin » une fois le qualificatif passé à la moulinette du machisme. Quant à un vin « masculin » je n’ose y penser !

C’est fou le nombre de « spécialistes » qui se sont révélés ces dernières années dans les allées de nos foires aux vins et à nos tables d’invités ! Pourtant, la dégustation du vin est un exercice particulièrement difficile. Si je dois vous en donner une illustration, il en est une qui fait les délices du monde œnologique depuis quelques mois : l’Américain Robert Parker, le « big Bob » himself , le plus célèbre critique œnologique du monde depuis 1982, celui qui fait la pluie et le beau temps sur le marché des vins de Bordeaux (le note/100 de Parker est l’élément essentiel du prix d’un vin !) s’est « ramassé une gamelle » historique lors d’une dégustation à l’aveugle récente, à New York le 30 septembre 2009, à l’initiative de l’Executive Wine Seminars.

Au cours de la dégustation, qui portait sur les plus grands Bordeaux 2005, Parker a confondu Angelus (Saint-Emilion) avec Pape Clément (Pessac-Léognan), L’Eglise-Clinet (Pomerol) avec Cos d’Estournel (Saint-Estèphe), Le Gay (Pomerol) avec Château Margaux (Margaux) ou encore transformé Lafite-Rothschild (Pauillac) en Troplong-Mondot (Saint-Emilion). Des confusions franchement dures à avaler pour un critique de son gabarit, entre des vins a priori très différents, issus de terroirs remarquables, de la rive droite comme de la rive gauche, avec des assemblages de merlots et de cabernets plus que contrastés…

Cliquer sur lire la suite